Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dominique Lin

Dominique Lin

Écrivain - Formateur - Ateliers d'écriture


Un lundi matin sur la Terre

Publié par Dominique Lin sur 24 Août 2015, 10:48am

Catégories : #écrivain

C’est un lundi, un lundi à l’allure presque ordinaire, comme j’en ai vécu plus de 3000 depuis que je suis sur Terre, même si les premières centaines m’ont été bien indifférentes.
Mais celui qui arrive est un point de convergence cyclique. Des pensées totalement étrangères les unes aux autres se bousculent, s’entrechoquent ou s’additionnent.
La pluie s’est invitée, forte, salvatrice après des semaines de canicule, mais aussi tueuse et ravageuse. Elle ballotte les avis, fait diverger les regards, herbe qui pousse, nappes qui s’abreuvent, noyés emportés, maisons submergées, médias sur le qui-vive, sur le qui meurt…
Septembre et rentrée s’accolent, tous deux aussi multiples, scolaires ou littéraires, sans oublier les affaires.
Si la première m’apparaît lointaine, la myriade de moineaux en culotte courte et cartables cirés enfouie dans mon passé, est prête à ressurgir, comme ici, entre deux lignes.
La deuxième, toujours aussi tumultueuse, prévisible, parfois risible grâce à la dame au grand chapeau qui pond à date fixe un tas de mots éventés. Tout a un Prix. Elle a rejoint la troisième, car elle est devenue mercantile, moins subtile, où il n’est question que de chiffres et de pourcentages. Hausse et baisse se disputent la couverture des médias, la première provoquant la deuxième qui elle-même se reproduit à l’envi.
La troisième, lugubre, entasse les hommes à des heures que l’ont dit de pointe — terme étonnamment utilisé pour exprimer l’inverse d’une extrémité fine, voire d’une quantité infime — et fait baisser les têtes encore emplies de souvenirs ensablés et iodés.
Flots de rivières, d’enfants, de travailleurs se rejoignent dans une mer indicible, changeante et abstruse.

Avant d’être noyé à mon tour, je laisse remonter le flux des mots qui m’abreuve, me transporte et m’émeut. Sans lui, je me retrouverais à la Porte de l’enfer dans le Désert du Karakoum.
Noms, chiffres, alertes, mépris, ennui, danger, croissance, pouvoir, devoir, carrière, marchés, finances, profits, pertes, murs, migrants, exode, arsenal… appelez vos amis et donnez-leur congé encore pour un temps.


C’est peu de dire que le monde tourne à l’envers, essayons pour une fois le sens inverse des aiguilles de la montre qui nous fait perdre notre temps.
Rêvons au sens propre des mots. S’il s’agit de rentrée, faisons-la comme elle l’indique avec tant d’évidence : à l’intérieur.

Photo : © D. Lin

Photo : © D. Lin

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents