Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dominique Lin

Dominique Lin

Écrivain - Formateur - Ateliers d'écriture


Je mourrai une autre fois, Isabelle Alonso, éd. Héloïse d’Ormesson

Publié par Dominique Lin sur 10 Février 2016, 15:02pm

Catégories : #Chroniques livres

Je mourrai une autre fois, d'Isabelle Alonso, relate l'épisode douloureux de l’Histoire de l’Espagne des années 1930. L’histoire d’un peuple qui a cru en un rêve et qui a tout fait pour qu’une fois approché il reste réalité.

1931, le peuple espagnol socialiste gagne les élections. Il croit à sa République laïque, dans laquelle les hommes peuvent respirer la liberté et la fraternité, à défaut d’obtenir l’égalité. Mais c’est sans compter sans les fachas, les forces d’une extrême droite nostalgique de la dictature qui refuse la décision des urnes et qui veut retrouver le pouvoir par les armes, la violence, le sang et la mort !
C’est surtout l’histoire de Gelìn, 10 ans au début du livre, qui découvre la vie, la rue, la mise en application des convictions politiques de son père et de toute une partie de l’Espagne.
Le temps va passer, et la guerre qui éclate détruit petit à petit les rêves d’une société juste. Gelìn, témoin de l’évolution de l’Histoire, malgré son jeune âge (15 ans), va s’engager dans ce conflit perdu d’avance à cause du manque d’organisation, d’armes, de soutien des pays voisins comme la France et l'Angleterre, mais surtout à cause de la détermination sans merci des fachas aidés par leur voisin en pleine ascension : l’Allemagne hitlérienne.
Après les liens familiaux du début du roman, Isabelle Alonso nous entraîne dans les liens de la fraternité des combattants. Elle nous fera vivre les combats, autant intérieurs de l’enfant que ceux de cette guerre qui n’en porte pas vraiment le nom, jusqu’à la Retirada où les sentiments de honte et de défaite s’exacerbent dans l’enfer des camps.
Merci à Isabelle pour ce roman poignant dans lequel elle ne prend pas parti, les faits parlent d’eux-mêmes. L’auteur a choisi le prisme de l’innocence de cet enfant boulimique de livres qui survivra grâce à eux, grâce aux mots qu’il n’aura de cesse de lire, pour lui, mais aussi pour les autres, pour leur soutenir le moral, pour garder le lien avec sa terre, sa patrie.
Socialistes, communistes, anarchistes et simples citoyens espagnols épris de liberté se côtoient pour une cause commune : libérer le pays de cette vague brune qui ne sera que le début d’une grande marée qui noiera l’Europe pendant des années. On vit le rêve de chacun, l’espoir de retrouver cette Espagne qui n’aura duré que quelques mois, mais qui a bien existé !

On ne peut qu’être ému par ce livre, témoignage laissé par des hommes qui se sont battus pour une noble cause. On sent, à travers ces lignes, couler le sang d’une génération espagnole, autant dans les tranchées que dans les veines de l’auteur.
Si le début semble un peu lent, l’action nous emporte au fil de l’histoire. De très belles pages de fraternité, d’humanité, de sentiments qui dépassent le temps et l’espace pour nous ramener à la condition humaine universelle : celle des hommes qui meurent pour que d’autres puissent vivre en harmonie.

Je mourrai une autre fois, Isabelle Alonso
Éditions Héloïse d’Ormesson
320 pages | 19 €
Paru le 4 février 2016
ISBN : 978-2-35087-342-8
Photo de couverture © Niall O’Leary/Millennium Images, UK

Chronique précédente : Le Goût du large, Nicolas Delessale, chez Préludes

 

Je mourrai une autre fois, Isabelle Alonso, éd. Héloïse d’Ormesson

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents