Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dominique Lin

Dominique Lin

Écrivain - Formateur - Ateliers d'écriture


Vends maison de famille, roman de François-Guillaume Lorrain, Flammarion

Publié par Dominique Lin sur 15 Avril 2016, 06:28am

Catégories : #Chroniques livres

Combien de pères ont voulu vivre un rêve en embarquant leur famille dedans, de gré ou de force, comme si elle partageait le même ? Combien d’épouses et d’enfants ont dû supporter ces fantasmes, que ce soit celui du jardin, du garage ou de la cave ? Bricolage, jardinage, rangement, collections, violons d’Ingres… chaque fois le même scénario s’est reproduit : un qui rêve pour combien qui cauchemardent.

C’est ce qui s’est passé à Maulna, cette maison familiale que le père a voulu transformer en ferme, jusqu’à tenter d’atteindre l’autonomie, alors qu'ils habitaient en banlieue parisienne. Il fallait que tout le monde s’y mette, homme, femme, enfants ! Week-ends, vacances : direction la Normandie, mais pas pour les plages, les stations balnéaires à la mode. Non ! Bêcher, ratisser, planter, brouetter, cueillir, clôturer… pas de repos. Les légumes et les fruits seront tellement bons une fois rentrés dans l’appartement, et tellement sains.
Le père est mort quinze années avant le début du roman, et déjà Guillaume, le fils narrateur, avait dit à sa mère qu’elle devrait vendre. Mais la mère s’était obstinée à tenir seule cette propriété avec ses deux mains quand huit y arrivaient à peine du temps du mari.
Le roman commence quand la mère tombe, au milieu du jardin. Impossible de se relever. Elle se traîne jusqu’au téléphone, elle a besoin d’aide : col du fémur. Elle doit abdiquer.
Guillaume remet le sujet de la vente en avant.

On suit alors Guillaume entre présent — à Florence — et passé — principalement à Maulna. On le suit géographiquement, car le jeune homme a décidé de s’éloigner le plus possible de « l’enfer » de sa jeunesse, mais aussi psychologiquement. Son père a laissé des traces dans son esprit, dans sa construction d’homme, et pas des moindres. Il est là, omniprésent dans ses pensées, laissant peu de place à sa mère et à sa sœur dans ses souvenirs.
Sa mère, qui décide de ne pas vendre, de résister, lui envoie un album photo retraçant toute son enfance à Maulna. Guillaume, lui, résiste à la tentation. La tentation de se laisser attendrir. Tout remonte. Beaucoup de mal pour peu de bien… jusqu’à la décision.

Difficile de ne pas tomber dans la complainte, le ressentiment gratuit, les geignements grincheux. Mais là, François-Guillaume Lorrain a réussi son coup.
La vie de la famille défile, parfois dans le désordre, mais on s’y retrouve. On le connaît ce père « abusif », trop accroché à son idéal. Même absent d'une photo, il est là ! Il est dans chaque arbre planté, chaque parcelle du terrain aménagé. On la connaît cette mère soumise, qui apprend les gestes, pour participer, en plus de la tenue de la maison, car elle n’a pas le choix. On les connaît ces enfants, nombreux à ne pas avoir le choix non plus, pendant que les copains s’amusent, vont au café, se réunissent, écoutent de la musique, quand les garçons musardent avec les filles, et quand  les filles se laissent approcher… Combien de fois ces enfants ont rêvé d’être ailleurs ! N’importe où, mais ailleurs, là où c’est tellement mieux ! Où il n’y a pas de feuilles à ramasser, de légumes à sarcler… et tout le reste.
L’écriture est vive, active, imagée, rythmée. Une longue introspection où l'on avance dans l’émotion et l’évolution discrète, mais profonde, des sentiments du narrateur. L’enfance reste l’enfance. Elle a été ce qu’elle a été, mais elle a surtout été la nôtre !

Dominique Lin

 

Résumé de l'éditeur :
« Oui, je voulais bazarder cette maison. J’avais mes raisons. Autrement dit : des souvenirs. »
En faisant le portrait d’un homme partagé entre l’amour qu’il porte à sa mère et ce refus d’héritage qu’il lui oppose, François-Guillaume Lorrain nous raconte une histoire aussi singulière que collective, celle d’une maison de famille.

François-Guillaume Lorrain
ISBN : 2081375982
Éditeur : Flammarion (mars 2016)

 

Chronique précédente : Non exclusif, roman de Catherine Charrier, éd. Kero

Vends maison de famille, roman de François-Guillaume Lorrain, Flammarion

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents