Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dominique Lin

Dominique Lin

Écrivain - chroniqueur - Ateliers d'écriture


1956, le jour où Cziffra, roman de Jean Dherbey, chez Elan Sud

Publié par Dominique Lin sur 17 Juin 2019, 09:26am

Catégories : #Chroniques livres

1956, l'année où Cziffra…, 4e roman de Jean Dherbey, collection Mémoires chez Elan Sud.

1956, le jour où Cziffra, de Jean Dherbey chez Elan Sud

Ce roman commence le 22 octobre 1956, le soir où le grand György Cziffra, pianiste dissident et sorti récemment des camps hongrois, avait été invité par les autorités à interpréter le Concerto pour piano N° 2 de Bartòk au théâtre Erkél de Budapest — Bartòk qui composait ses musiques en respectant le Nombre d’Or. Choix étonnant pour fêter l'anniversaire de la révolution bolchévique ! Mais nul ne peut prédire les surprises de l'histoire…

Ce soir-là, sous les yeux ébahis du jeune Josef Kataly, 12 ans, la foule s’éveille, s’émancipe et gronde. Ce seront les prémices de la révolution hongroise, étouffée sous le joug de l’Ours soviétique et son pacte de Varsovie.

Était-ce la force avec laquelle jouait Cziffra, était-ce simplement l'étincelle de liberté que contenait ce concerto, ou les deux, ou encore un rendez-vous inattendu de l’Histoire ? Ce jour-là marque le début d’une révolte suivie d’une répression bien connue des dictatures qui n’aiment pas voir les peuples s’émanciper.

Josef a grandi dans une famille d’opposants intellectuels. Nombreuses sont les réunions clandestines qu’il suit discrètement lorsqu’il peut laisser la porte de sa chambre entrouverte et écouter des bribes de conversations, des éclats de voix parfois, des projets qu’il ne comprend pas toujours… jusqu’à ce fameux soir où il sait qu’il aura un rôle à jouer : au milieu de la foule canalisée par les troupes et sept chars d’assaut, canons pointés vers le haut "pour faire acte de bienveillance", le jeune garçon, qui parle russe, montera sur le char du capitaine Valentin Youbenkov et lui offrira un bouquet de fleurs.
Commence ainsi sa participation à la révolution qui sera matée, son père et sa mère seront arrêtés et chacun connaîtra un sort différent… Le jeune Josef devra quitter son pays, puis revenir, il sera arrêté et mis en internat disciplinaire où les enfants de dissidents et orphelins ont la possibilité, s’ils rentrent dans le rang et réussissent brillamment, de poursuivre leurs études supérieures aux frais de l’État. C’est là que Josef fera la connaissance de Maté, un orphelin pragmatique qui a dû se construire grâce à la force des poings. Leur amitié sera précieuse, car le jeune Josef est un électron libre, brisé par la disparition de ses parents, assoiffé de justice, de liberté et de vengeance.

Nous allons suivre l’évolution de Josef jusqu’à la chute du mur de Berlin, en 1989. Il connaîtra un amour interdit, qu’il lui faudra vivre en déjouant de nombreux pièges.

Un livre d’amitié, de soif de liberté et de justice dans un pays occupé où la moindre parcelle de pouvoir entraîne corruption, compromission, mensonge, soumission, chantage, trahisons, violences, etc., une jungle où seuls les plus forts ou les plus intelligents arrivent à survivre.

La musique nous accompagne dans le roman, comme la flûte qu'il emporte partout, seul objet sauvé de toutes les épreuves, et ces notes sorties de nulle part au fond de la cellule de Josef qui l’empêchent de devenir fou.

Autre personnage à part entière de ce roman, le Danube, ce fleuve « qui charrie les cultures des pays qu’il traverse », ce témoin des sentiments et des états d’âme de Josef, et qui apparaît tantôt aimant, tantôt distant, froid, comme s’il tournait le dos à une histoire qui est aussi la sienne.

 

Après deux romans très forts sur l’Ukraine (Pravda de Babouchka et Le Chemin de Maïdan) et une très belle escapade en haute montagne (Vents d'en haut), Jean Dherbey nous refait vivre cette période de l’Union soviétique qui, à l’instar de toutes les dictatures aux noms divers sur la planète, répond aux mêmes processus d’embrigadement, de manipulation et de répression, liquidant sans merci tout acte ou parole qui les remettrait en question. Cette fois-ci, c’est la Hongrie, et une histoire contrastée par la dureté du régime et la douceur de l’amitié et de l’amour.

Beaucoup de poésie et de romantisme aussi ponctuent ce texte, révélant une facette de l’auteur cachée sous ses allures de montagnard rugueux.

1956, le jour où Cziffra EAN 9782911137648 - 272 pages, 19 €

Pour lire les premières lignes, c'est ici.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents