Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dominique Lin

Dominique Lin

Écrivain - chroniqueur - Ateliers d'écriture


La réouverture des librairies envisagée en plein confinement

Publié par Dominique Lin sur 19 Mars 2020, 10:37am

Catégories : #librairies, #amis

Dans son article, Actualitté annonce : Bruno Le Maire accepterait la réouverture des librairies, sous conditions
« Le géant du commerce voit ses commandes exploser, alors que les salariés se plaignent de mesures de sécurité insuffisantes. Mais en face, les libraires grognent : leurs fournisseurs ont cessé l’approvisionnement en livres, alors que les marchands en ligne sont toujours alimentés. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie vient d’entrouvrir la porte. »

Plusieurs points me choquent dans cette histoire, et pourtant je suis plus que concerné en tant qu'auteur: des invitations à des Salons ont été annulées, et je viens juste de sortir un livre…

Nous sommes aujourd’hui dans un cas national de santé publique, donc on ne peut plus raisonner individuellement ou par petits groupes, mais bien en tant que Nation.
Oui, j’aime lire, et j’aime qu’on lise mes livres, comme d’autres aiment le tricot, la belote ou la musique. C’est pour chacun un équilibre mental, et se voir privé de sa passion est stressant, donc… indispensable.

Alors, pourquoi le livre serait-il plus indispensable que le cinéma, le théâtre, ou la belote? Pourquoi le lecteur qui, paraît-il, reste l’esprit ouvert grâce à la littérature, devrait-il avoir ce privilège quand il est censé dépasser tout cela puisqu’il est intelligent? Non, je veux mon nouveau livre, na !

Les plus accros, les plus virulents n’ont-ils pas une bibliothèque qui recèle des trésors, des grands classiques ou des auteurs méconnus découverts au hasard d’un Salon du livre on ne sait plus ni où ni quand?

Oui, mais il y a les librairies qui crèvent, et « le géant » dont on tait le nom de peur de subir les foudres rôde. Oui, A… bouffe le marché du livre, mais pas seulement !
Combien de secteurs d’activité sont-il en train de mourir ou ont déjà été mis à mort?
Cet argument de sauver les librairies des griffes de A… ne tient plus en termes d’exclusivité et d’urgence absolue. Combien de secteurs d’activité pourraient dire la même chose?

D'ailleurs, on apprend, via Livre-hebdo, que le livre n’est plus une priorité pour « le géant » en cette période d'explosion des commandes. On peut lire dans l’article :
« En attendant de pouvoir assumer de fortes hausses de volumes, le groupe a décidé de déclasser plusieurs produits, dont le livre, dans ses livraisons prioritaires. »

Donc, un argument qui ne tient plus, sans parler des dégâts causés dans les secteurs restés prioritaires.

Dernier argument qui m’a choqué dans l'article d'Actualitté lorsqu'il est écrit : « Des clients qui entreraient un par un, feraient leur achat et sortiraient immédiatement. Et ne pas rester dans l’établissement, "parce que c’est là tout le plaisir que de flâner en librairie" ».
De nombreuses personnes trouvent leur équilibre dans le fait de flâner dans un magasin de prêt-à-porter ou de bijoux, de parfum… Elles y voyagent, rêvent, s’imaginent… quelle différence?
Si, par bonheur, mais aussi par erreur sanitaire, les librairies ouvraient, les lecteurs devraient fêter ça, plutôt que de faire leur « Français » et de râler sur un privilège d’enfant gâté que d’autres n’auront pas, et qui, à n’en pas douter, soulèvera quelques polémiques justifiées.

 

Si les librairies devaient ouvrir, il faudrait en premier lieu que les clients soient des plus disciplinés, ce dont je doute, à l'instar de cette femme venue se coller à moi dans la petite file d’attente de l’épicerie de centre-ville qui répondait à mon injonction de garder la distance de sécurité : « mais, je n’ai pas la peste » et à qui j’ai répondu : « vous ne savez pas si je l’ai ». Côté libraires, nul doute qu'ils prendraient toutes les mesures sanitaires nécessaires et ne risqueraient pour rien au monde la santé de leurs employés.

En attendant, certains libraires et éditeurs, comme Elan Sud, toujours active (renseignez-vous, fouillez, soyez curieux), sont toujours actifs et livrent à domicile s’il est proche ou expédient par La Poste tant qu’elle fonctionnera. Prenez le temps de flâner sur le site, découvrez des auteurs, commandez, vous serez livré…


Allez, on se détend, on cherche le bouquin dont on a toujours dit : « celui-là, j’ai toujours rêvé de le relire »…

Bon confinement à tous, il paraît qu'il va durer plus longtemps que prévu.

 

#librairie #coronavirus #livres #lecture

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents