Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dominique Lin

Dominique Lin

Écrivain - Formateur - Ateliers d'écriture


La femme au chapeau

Publié par Dominique Lin sur 18 Octobre 2012, 09:03am

Catégories : #atelier d'écriture

Quelle est cette femme, d'où vient-elle, où va-t-elle?

À quoi pense-t-elle?

Les participants de l'atelier ont tenté d'y répondre

La femme au chapeau

L’empire du NOIR

Tu es mon ami ennemi

Toi qui me prends, me laisses, me reprends sans vie,

Noire, je suis noire sombre.

Pour toi, vampire obturateur,

Je me couvre d’oripeaux morts d’avance.

Je m’enferme dans cet anthracite tailleur,

Je gante mes mains et mes cuisses blanches

Dans le cuir et la soie endeuillés.

Mon chapeau cloche, penche et cache à dessein

L'évanescence, le lait de mon teint.

Même ma bouche charbonneuse

Obture le sourire de la vie

En figeant dans ton œil électronique

Le dégoût, la perte, l’absence de couleur heureuse.

Bien sur, je fais semblant de partir,

De revenir.

Je joue la Belle blasée blonde assombrie.

J’escarpine souplement la moquette,

Je suis sage comme une image bête.

Seule, l’attache fine de mon épaule surgit,

Irréelle, incongrue, et blanche

Comme une hermine dans la nuit,

Pour vous dire : que je ne fais pas bombance,

Non, je crie famine, mon estomac est transparent

Comme vos regards…

Me verrez-vous vraiment, photographes renards,

Saturateurs de tous mes atomes, de tous mes éléments ?

Non, pas plus que

La femme voilée enfermée,

L'enfant violée et niée,

Le mendiant à la porte d'à côté,

Le chômeur qui traîne des pieds…

 

Véronique BEAUMELLE le 12 octobre 2012

 

----------------------------------------------------------------------

 

Une femme élégante.

À la vue de son « contrat », elle avait légèrement ralenti le pas ; il ne fallait surtout pas qu’il soupçonne quelque chose. Depuis des semaines, elle préparait sa mission avec minutie ; mais là, à cet instant, un léger doute l’avait fait hésiter. L’avait-il vu ? Non. Surement non. Il fut en admiration en la redécouvrant si belle et si élégante.

Son charme opérait.

Il fallait qu’elle se ressaisisse. Elle avait pour habitude de ne jamais laisser transparaître le moindre sentiment et, cette fois encore, son visage resta sans émotion apparente.

Une dernière fois, elle se repassa dans l’ordre chronologique le déroulement de sa stratégie, elle n’avait omis aucun détail, tout était parfait, la mission pouvait commencer.

Elle l’entraina dans un luxueux palace à l’écart de l’aéroport et commanda du champagne. Ce n’était pas la première fois qu’elle le rencontrait, il avait écarté toute méfiance. Aujourd’hui, elle savait qu’il était en possession de l’objet.

Elle l’abandonna un instant pour revenir avec pour seul vêtement, ses gants noirs. Le room service avait posé le champagne sur un guéridon. Elle remplit les verres et déposa discrètement le contenu d’une gélule dans l’un d’eux.

Il s’avança vers elle lentement pour mieux admirer sa silhouette parfaite. Elle se retourna et lui fit le plus envoutant des sourires; attiré par sa bouche pulpeuse, il l’embrassa.

Lorsqu’il relâcha son étreinte, elle lui tendit le verre. Il ne fallut pas plus de trois minutes pour que la drogue agisse ; il s’endormit profondément.

Elle avait tout le temps de se rhabiller et de s’emparer de la clé USB, contenant toutes les données secrètes qu'elle était venue chercher, enfouie dans l’une des poches de son costume.

Elle ouvrit la porte, jeta un regard sur l’homme étendu sur le lit ; il ne garderait aucun souvenir de cette dernière rencontre, sauf peut-être celui de son image sensuelle, envoutante et mystérieuse, mais il penserait que ce n’était qu’un rêve.

S.B

----------------------------------------------------------------------

 

Mince ! C’est trop bête ! Ça gâche tout ! Et papa qui aura roulé deux heures pour rien ! Ça va le mettre dans tous ses états ! Je le comprends… Qu’est-ce que je suis conne !

Jusque-là, il s’agissait simplement du titre d’un film débile et c’est ce que mon père va s’entendre dire dans un moment : « Monsieur, votre fille a raté l’avion au départ de Londres ! »

Comment sortir de ce cauchemar ?... Appeler l’aéroport de Nîmes pour qu’on l’informe et retourner chez Christopher, lui demander de m’héberger jusqu’à demain…

Ah ! Je me souviendrai du jubilé de la reine et de mon chapeau à rendre jalouse Victoria Beckham !...

Bon ! Je me ressaisis. Ça ne sert à rien de m’en vouloir ! Je vais téléphoner à maman pour la prévenir. Elle saura calmer son ex. Heureusement, il sait tirer le meilleur parti des situations les plus délicates et je lui fais confiance pour se trouver un bon restaurant ! Quant à moi, je n’ai plus qu’à chercher un cadeau sympa pour me faire pardonner !

Je termine bizarrement ce week-end de fête où j’ai retrouvé mes amis anglais. Oui, ça restera un moment historique ! Mais ce désagrément n’enlève rien au plaisir d’avoir rencontré par hasard Indira et Akhil que j’ai connus à Dubaï, qui m’ont invitée à leur mariage à New Delhi, et avec qui j’ai eu le temps de prendre un verre… juste avant de rater l’avion !

G.G.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents