Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dominique Lin

Dominique Lin

Écrivain - chroniqueur - Ateliers d'écriture


Pierre Estève nous a quittés

Publié par Dominique Lin sur 8 Avril 2020, 13:11pm

Catégories : #amis

Il vient de nous quitter, simplement, dans son sommeil, comme si quelque chose avait pour une fois épargné un Juste. Il allait toucher le siècle du doigt, et jusqu’au bout il est resté un homme comme on souhaite en rencontrer.

Il est des personnes pour lesquelles nous ne sommes pas obligés d’attendre pour savoir qui ils sont, au moins dans l’essentiel. Il suffit de passer un moment avec eux et de les écouter.

Je n’aime pas les hommages, les mots soupesés pour parler d’un autre, mais les exceptions demeurent pour ceux qui entrent dans l’histoire par hasard et qui résument leurs faits d’armes dans la Résistance en disant : « On ne cherchait pas la gloire, juste permettre aux gens de vivre mieux. »
Et quand on le qualifiait d’ancien combattant, il se plaisait à répondre « Quand on est combattant, c’est pour la vie, non ? Combattant tout court. »
Voilà quelques mots qui à eux seuls pourraient résumer qui il était, et pourtant, il était beaucoup plus.

Pierre Estève, résistant à Orange
Août 1944, Orange libérée, les Résistants peuvent partager leur joie avec la foule au balcon de la mairie. Photo collection privée Pierre Estève.

J’ai eu le plaisir de partager quelques moments avec lui, et ce qui m’a le plus surpris est très difficile à exprimer en mots, car trop réducteur. C’était un mélange de joie, de simplicité, de bonté, d’envie sans cesse renouvelée de partager, de rappeler de belles valeurs, et tant d’autres sentiments qui manquent tant aujourd’hui.

Nous étions en train de préparer le livre collectif sur la guerre 39-45 en Vaucluse, et il était évident qu’il devait en faire partie. Lui comme tant d’autres qui, eux aussi, sont partis depuis.

les FFI, ici félicités par le Colonel Beyne, peuvent rentrer à Orange sans craindre pour leur vie : Orange est libérée. Photo collection privée Pierre Estève.

Je le revois dans le salon de sa petite maison, rue du Noble, où il a toujours habité. Une maison simple égayée par la bonté de l’homme et le chant des oiseaux. Nous étions penchés sur un tas de photos sorties certainement d’une boîte à chaussures ou à biscuits rangée dans le buffet du salon. Il les passait en revue, me racontant ce dont elles témoignaient, tous ces détails anodins, mais révélateurs, qui avaient fait de ces moments historiques des histoires humaines avant tout. Car ses propos ramenaient souvent à cette notion, comme cette anecdote :

Il était à Faucon le jour de la libération en août 1944, les hommes étaient habillés en uniformes dépareillés, usés… Il voulut que son bataillon entrât en ville, à Orange, avec une marque de distinction. Les femmes (dont madame) ont découpé des carrés dans une toile de parachute qui ne s’est pas laissée faire ! Elle était de couleur orange, cela ne s’invente pas.
Couper, ourler… il en fallait pour chacun, c’était une question de fierté.
Il sortit du lot une photo des résistants défilant fièrement Cours Briand à Orange. Il pointa son doigt en me disant : « Regarde, ils portent le foulard. » La photo était en noir et blanc, je suis sûr qu’il la voyait en couleur…

« Regarde, ils portent le foulard. ». Photo collection privée Pierre Estève.

En revoyant ces photos, je remarque que je ne sais pas ou il est et s'il y est. Il ne me l'a même pas mentionné…

Je buvais ses paroles, mais surtout, je ressentais ce privilège d’être là avec lui. Des hommes de son âge auraient pu tomber dans l’aigreur d’une guerre ou de la vieillesse. Non, la flamme était toujours là.

Il y aurait tant à dire, son action sociale, ses propos apaisants, son désir toujours vivant de liberté…

Les hommes comme lui manquent à notre civilisation. C’est tout ce que j’ai à dire.
Merci, Pierre Estève, d’être passé nous voir, d’avoir agi quand il l’a fallu, et d’avoir continué à le faire.

Toute mon amitié à Line et à ses proches dans ces moments plus que pénibles.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents