Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dominique Lin

Dominique Lin

Écrivain - chroniqueur - Ateliers d'écriture


Chronique : 555, roman de Hélène Gestern, éd. Arléa

Publié par éditions Elan sud sur 23 Janvier 2022, 18:50pm

Catégories : #Chroniques livres

 

Ce roman est avant tout une ode à Domenico Scarlatti. Vous ne connaissez pas sa musique ? Ce livre vous donnera envie de (re)découvrir ses 555 sonates… ou 556, qui sait ?

C’est là tout le fond de l’enquête palpitante à laquelle se livrent les 5 personnages qui sont autant de narrateurs puisque le livre est découpé en 13 chapitres de 5 voix.

• Grégoire Coblence, ébéniste, meurtri par le départ sa femme deux ans plus tôt, tente de se reconstruire grâce à son métier..

• Giancarlo Albizon, luthier, côtoie de grands solistes internationaux, passe d’une fille à l’autre, perd de l’agent au jeu et collectionne les dettes et surtout les créanciers. La seule lumière de sa vie, c’est la création d’un violon « parfait ».

• Manig Terzian, claveciniste de renommée internationale et spécialiste de Scarlatti, a enregistré les 555 sonates reconnues à ce jour.

• Joris de Jonghe est un collectionneur veuf et fortuné, dont l’épouse aimait Scarlatti.

• Rodolphe Luzin-Farge, musicologue et professeur, a dédié sa vie à Scarlatti et tente de trouver la reconnaissance.

 

L’atelier de Grégoire jouxte celui de Giancarlo qui profite des chantiers de rénovation d’instruments pour donner du travail à son ami lorsque celui-ci le concerne. C’est ainsi que Grégoire trouve une vieille partition dissimulée dans la doublure d’un étui de violoncelle qu’il rénove. Sa réaction est, bien entendu, de prévenir son ami Giancarlo afin qu’il la restitue au client. Mais cette partition pourrait être un inédit pour clavecin de Scarlatti, et le luthier, poursuivi par ses créanciers, voit là l’occasion de peut-être se refaire et éponger ses dettes en la vendant bon prix.
Dans le doute, ils décident de la montrer à Manig Terzian. Dès la première lecture, ses doigts filent sur le clavier. La musicienne est sous le choc. Serait-ce la 556e partition ? L’idée fait son chemin, la rumeur va bon train, mais la partition disparaît de l’atelier avec 2 violons lors d’un cambriolage douteux !

Pour des raisons très différentes, Luzin-Farge et De Jonghe sont très intéressés par cette partition.
• Un 6e personnage anonyme qui semble être l’auteur de l’intrigue ponctue chaque cycle des 5 premiers.
Qui a volé la partition, et pourquoi ? Cette partition mystère est-elle vraie ou fausse ?

C’est à travers les recherches que mènent les personnages qu’on découvre par le menu la vie de Scarlatti, ses différentes périodes, son style (parfois un peu trop, ce qui ralentit l’intrigue).

Et si cette partition n’était pas de lui, qui aurait pu composer une telle sonate qui, à elle seule, possède toutes les structures d’écriture du célèbre musicien.

 

Merci à Hélène Gestern d’avoir su maintenir le suspense jusqu’au bout. Le style est enlevé. La fin de cette enquête menée par tous les personnages débouche sur une vérité déroutante, inattendue.

 

Résumé de l'éditeur: C’est en défaisant la doublure d’un étui à violoncelle que Grégoire Coblence, l’associé d’un luthier, découvre une partition ancienne.
A-t-elle été écrite par Scarlatti, comme il semble le penser ? Mais, à peine déchiffrée, la partition disparaît, suscitant de folles convoitises. Cinq personnes, dont l’existence est intimement liée à l’œuvre du musicien, se lancent à la recherche du précieux document sans se douter que cette quête éperdue va bouleverser durablement leur vie.
Domenico Scarlatti, compositeur génial aux 555 sonates, est le fil conducteur de ce roman musical. Sa musique envoûtante en est la bande sonore.

 

À propos d'Arléa: C'est une maison d'édition indépendante de très bonne qualité. La plupart des romans que j'ai lus sont de très bonne facture. Sans oublier la collection 1er mille est très élégante.

 

Chronique précédente : Je suis la maman du bourreau, de David Lelait-Helo, éd. Héloïse d’Ormesson.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents