Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dominique Lin

Dominique Lin

Écrivain - chroniqueur - Ateliers d'écriture


Chronique : Kyoto song, Colette Fellous, éd. Arléa

Publié par Dominique Lin sur 16 Juin 2022, 11:42am

Catégories : #Chroniques livres

Peut-on se choisir un nouveau pays natal ? C’est une question lancinante que (se) pose Colette Fellous au fil de ce récit de voyage, par touches impressionnistes, où chaque pensée a son propre relief, sa propre couleur. Un voyage de soi vers les autres, du présent au passé, de l'occident vers l'orient, des rues de Kyoto à Sidi Bou Saïd, du délice d’une glace à un drame personnel. Mais cesdrames privés auxquels on n’a pas vraiment accès et ne s’ouvrent pas à la compréhension universelle, posent la question de leur intérêt. Certains sujets ne sont pas terminés, un peu comme ces pensées qui vont et viennent, au risque de nous perdre ou de nous éloigner, à l’image d’un puzzle cinématographique japonais…

On peut se demander si ce voyage n’est pas un travail pour ne pas laisser fuir la mémoire dans les limbes de la vieillesse…

Les pensées défilent dans un désordre pas toujours aisé à suivre, ce qui fait douter par moments de l’aboutissement du texte.

J’ai apprécié de (re)découvrir les haïku, le cinéma d'Ozu, l’art japonais en général. On découvre Kyoto par le menu, et cela donne envie de suivre la promenade sur un plan.

Qui est cette narratrice qui nous emmène visiter, non seulement Kyoto, mais aussi sa propre histoire, sa projection sur la vie, en compagnie de sa petite fille mais qui n’est jamais vraiment présente, au point de se poser la question sur la raison de sa présence dans le livre ?


La plume de Colette Fellous est très fluide, agréable à lire.

Beaucoup de poésie et de naturel dans le flot de ses pensées. Les descriptions sont des esquisses qu’il nous revient de terminer, selon notre impression personnelle.

Par contre, je n’ai vu aucun intérêt aux photos doublant souvent une partie du texte, et dont la qualité de reproduction sur un papier bouffant n’est jamais bonne. Les mots se suffisent à eux-même ?

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents